Thérapie chinoise
Massage tui Na
Médecine chinoise
Maladies soignées
Ma pratique de traitements
Références et diplômes
Prise de rdv consultation
Bon cadeau Massage Zen
Formation Massage Tui Na
Accès

Cours de Kung Fu, Tai Chi Chuan, Aikido à Saint-Brieuc avec Hervé Marigliano - France Bagua

Handiwushu

La Boxe de l'ombre pour les malvoyants 

 par Hervé Marigliano,Fondateur en 1995 de la méthode Handi-wushu pour malvoyants

Animateur de la commission Handi-wushu (2002- 2005), comité national de kung-fu wushu Fédération Française de karaté et Arts Martiaux Affinitaires

Ceinture Noire 5e   Dan de Kung Fu Interne

Ceinture 2e   Dan d'Aïkido

COURS BOXE DE L'OMBRE POUR LES MALVOYANTS LE MERCREDI de 11h à 12h à L'institut Yizong, 39 avenue Corneille 22000 Saint-Brieuc

TEL. 06 76 63 64 64

 

ARTICLE PARU DANS LE MAGAZINE GENERATION TAO

La boxe de l'ombre pour les malvoyants. Créée en 1995 par Hervé Marigliano, expert en arts martiaux chinois, cette méthode, destinée à des personnes en situation de handicap, en particulier aux malvoyants, repose sur la pratique martiale des "Poussées de mains" (Tui shou en chinois). Les poussées de mains adaptées aux malvoyants possèdent une triple vocation:

A-    Sportive : amélioration de la condition physique, harmonisation psycho-corporelle: Equilibre physique dans l'espace, maîtrise des déplacements linéaires, circulaire

B-    Martiale : développement de techniques de self-défense, souples et fluides

C-    Psychosociale : développement personnel, gestion de l’émotion et du stress,

Communication interindividuelle, stratégies d’adaptation, aide à l'insertion.

 

Cette méthode propose ainsi de rendre accessible aux malvoyants le monde des arts martiaux souples à travers la pratique de techniques en solo et avec partenaire. La boxe de l'ombre pour malvoyants s'articule autour d'un système pédagogique adapté aux personnes handicapées. Au centre de cette méthode se trouvent les "Poussées de mains" , un système de pratique avec partenaire. Ce travail avec partenaire s'effectue en souplesse, sans opposition de force et sans violence aucune.

Handiwushu

ARTICLE PARU DANS LE MAGAZINE GENERATION TAO

Questions à Hervé Marigliano

 

Quelle est l'origine de votre intérêt pour le Handi-kung-fu, et en particulier les malvoyants?

 H.M. : La boxe de l'ombre pour les malvoyants me tient à cœur. C'est l'histoire d'un vécu personnel, d'une transformation. En 1985, je survis à un accident de voiture dont, hélas, je ne sorts pas indemne. Après treize opérations chirurgicales, force est de constater que j'ai perdu la vision de l'œil droit. Durant trois années en milieu hospitalier, je côtoie des aveugles et là je fais des rencontres extraordinaires. Je découvre des personnes avec une volonté de fer, une intelligence et une perception de l'invisible totalement époustouflante. Pour ma part, je trouve là une part de l'énergie pour faire face à ce handicap, à peine visible de l'extérieur, et pourtant tellement réel : Perte des notions de relief, de distance, d'équilibre, absence totale de vision à droite, névralgie. Il me faut réapprendre à saisir un objet, à marcher, à jauger les distances… à éviter les crashs avec tout objet ou individu évoluant dans mon champ droit. Je veux revivre comme avant. Passionné d'aviation, je reprends même quelques leçons de pilotage d'avion…jusqu'au verdict strict de la Direction de l'aviation Civile (DGAC) : Fin d'autorisation de voler. Mon salut, c'est en réalité, grâce à la pratique des arts martiaux ( Kungfu interne, Aikido) que je l'ai trouvé. Ainsi, j'ai découvert dans la voie martiale une nouvelle énergie pour surpasser mon handicap. Bien sûr, il y a eu quelques accidents de parcours (des coups à l'œil) qui m'ont remis à la case hôpital, mais au final cette quête a été bénéfique. Ma façon de me déplacer, de penser s'est transformé petit à petit. L'invisible est devenu mon ami. Ce que je ne voyais pas à droite, je le ressentais mentalement. Je découvrais progressivement une perception de l'invisible qui s'aiguise encore au fil du temps

 

 

Quelle influence votre séjour à Taïwan a-t-il eu sur votre évolution?

 HM. : Je suis parti vivre et étudier quatre années, sur l’île chinoise de Taiwan, les arts martiaux et la médecine traditionnelle chinoise. A Taïwan , j'ai eu l'impression de renaître de mes cendres grâce bien sûr aux arts martiaux et aux massages qui m'ont permis d'affiner mes perceptions sensorielles. C'est là qu'est née l'idée de créer une méthode de kung-fu interne, basée sur les Poussées de mains (Tui Shou), pour les malvoyants. Qui d'autre qu'un aveugle peut comprendre naturellement le kungfu interne, percevoir les forces kinesthésiques et ressentir l'invisible. Aujourd'hui, je partage ma propre expérience avec d'autres malvoyants, au départ très surpris de pouvoir réellement pratiquer les arts martiaux… Je crois profondément que chacun peut transformer son handicap en une nouvelle force. Ma devise : Le monde de la nuit peut aussi briller de mille feux

 

La boxe de l'ombre pour malvoyants

 

La méthode :

Les deux partenaires sont face à face dans une position symétrique et effectuent, soit en position statique, soit en déplacement linéaire ou circulaire, un mouvement de poussée de bras vers l’autre en croisant leur poignet. Les bras pourraient être comparés à des antennes qui captent toutes les informations fournies par l'adversaire : la direction de la poussée, sa force, sa densité, l'intention tactique de l'adversaire- partenaire. Le pratiquant apprend ainsi à " écouter ", à ressentir, interpréter et à transformer les mouvements de poussée de l'attaquant. Il s'agit de savoir interpréter, d'absorber, dévier, puis parer le mouvement adverse pour le transformer en un nouveau mouvement de contre-attaque souple et fluide. Les bras sont en perpétuels mouvements, les déplacements des partenaires s'harmonisent. Il s'agit d'apporter une réponse adaptée au geste du partenaire adversaire.

 

Contact continu

Cette méthode est totalement adaptée aux mal voyants puisque le travail avec partenaire s'effectue toujours à partir d'un contact qui jamais ne doit être interrompu. A partir de là, il est possible de travailler en souplesse et ainsi de mettre en œuvre toute la variété des techniques martiales et de self-défense.

 

   

Psychologie : une méthode d'épanouissement

Sur le plan psychologique et mental, la pratique de la boxe de l'ombre vise à développer la capacité d'adaptation des personnes malvoyantes et à leur faire reproduire un processus de conduite de réussite. Le but visé est celui de la valorisation de soi. La personne malvoyante qui réussit à s'adapter dans cette pratique à priori physique gagne en confiance. En réalité il s'agit d'une discipline psycho-corporelle qui, par extension, a vocation d'apporter des bénéfices dans la vie quotidienne de la personne malvoyante. C'est un travail de communication transactionnelle qui doit permettre au malvoyant de mieux-vivre sa relation à l'autre. Réussir à s'adapter en Boxe de l'ombre, c’est dans la vie aider à mieux savoir jauger une situation dans sa globalité, anticiper, et agir physiquement et mentalement avec justesse. Pour ce faire, il s’agit d’éliminer les tensions et le stress qui peuvent parasiter l’action. L’objectif : l’accomplissement de la volonté et du but par le contrôle de l’émotion. La pratique de la " Boxe de l'ombre " passe par le relâchement du plexus (siège des émotions et des tensions), le maintien d’une verticalité correcte (présence/intention), et la rotation des hanches et de la taille (liberté, flexibilité, créativité). Une dynamique qui à travers la coordination physique et mentale permet d’harmoniser action et intention.

 Adaptation physique

Dans les arts martiaux en général, les muscles ischios jambiers et les quadriceps d'un pratiquant valide sont en permanence sollicités. Pour le non voyant, qui ne peut appréhender visuellement ni le terrain où il évolue, ni les changements de direction, pareil exercice sans contact avec un partenaire, serait quasi impossible. En revanche, le non voyant devient capable, dès qu'il possède un repère tactile, d'anticiper sur la force dont il à besoin pour le soutenir à chaque pas.

Equilibre

Sans repère visuel, l'équilibre du corps en mouvement est aléatoire. Ainsi, face à l'inconnu du monde de la nuit, le non voyant est en permanence dans une situation de handicap par rapport à son maintien en équilibre. S'il trouve son équilibre dans la Boxe de l'ombre, c'est tout d'abord parce qu'il maintient un contact permanent avec le poignet ou le bras de son partenaire; il peut alors s'adapter à toute sorte de changement sans craindre de chuter.

 

Motivation Le professeur de handi-kungfu wushu adapte la pratique selon la motivation, les centres d'intérêts et les capacités physiques du non voyant et de l'accompagnant : durée, aspect tactique et techniques sont présentés et choisis selon des critères individuels.

   

SécuritéQu'il s'agisse de pratiquer "Les poussées de mains" en douceur ou de façon plus sportive, dans tous les cas, la sécurité de l'ensemble des protagonistes reste la priorité absolue dans la préparation et le déroulement de la pratique.

 Techniques martiales des Poussées de mains

Il existe plusieurs types de Poussée de mains

Poussée de main latérale : un croisement 

Poussée de main verticale : un croisement

Poussée de main en spirale (avant-arrière) : un croisement

Poussée de main contrôle poignet et coude : deux croisements

Poussée de mains collantes (deux mains) : deux croisements

 

Ces Poussées de mains (Tui shou) se pratiquent à pas fixes et mobiles : fixe (Dingbu tuishou), déplacement linéaire ( Huobu tuishou), avec déplacement circulaire (Huajiaobu tuishou). Ils prévoient aussi l’utilisation de projection (Suan), de balayage (Sao) de frappes légères (Da).

 

Les huit principes martiaux des poussées de main sont :Pengjing, parer : la force d’expansion

Lujing (tirer): la force de compression; Jijing, presser, la force qui presse; Anjing, pousser, la force qui pousse; Caijing, tordre : la force qui tord; Liejing, fendre: la force qui fend; Zhoujing (pousser avec le coude) : la force du coude; Kaojing (pousser avec l'épaule): la force de l ‘épaule.